Interview

40ème édition des Rencontres Trans Musicales de Rennes : les suggestions de Jean-Louis Brossard

Photo : Richard Dumas

Il a déjà vu probablement plus de concerts que vous ne pourrez le faire en une vie. Faut-il encore présenter Jean-Louis Brossard, programmateur légendaire des Trans Musicales de Rennes depuis 1979 et curateur infatigable toujours avide de découvertes et de nouveaux talents. On l’a interviewé pour se remémorer quelques souvenirs et surtout pour connaître ses coups de coeur de cette quarantième édition du festival qui se déroulera du 5 au 9 décembre prochain.
 

Le Bombardier : Quels sont les groupes que tu veux absolument voir?

Jean-Louis Brossard : C’est vrai qu’il va bien falloir que je choisisse quelques groupes dans la programmation. Il y en a quand même 88, ce n’est pas rien! Un de mes gros coup de cœur est The Naghash Ensemble, un groupe arménien avec trois chanteuses lyriques, un pianiste et trois autres musiciens. Ils font une musique particulière basée sur des poèmes du XVème siècle. Il y a aussi Underground System, un groupe new-yorkais qui fait un mélange de funk et d’afrobeat avec une chanteuse flûtiste. Un autre groupe de New-York à ne pas rater selon moi, c’est Bodega, du rock avec une pointe d’electro un peu à la LCD Soundsystem mais avec un son de maintenant. Il y a Pongo, une chanteuse angolaise qui a fait partie de Buraka Som Sistema, elle me tient vraiment à coeur. Aussi, The Psychotic Monks, un groupe de rock français qui fait du rock psyché avec beaucoup d’énergie et Ajate, un groupe japonais d’abrobeat. Voilà pour en citer quelques uns.
 


 

L’Afrique est assez présente dans la programmation cette année.

Oui il y a pas mal d’Africains comme Nihiloxica, c’est un groupe ougandais avec des percussionnistes et deux musiciens anglais. Il y en a d’autres comme K.O.G & The Zongo Brigade qui sont deux ghanéens, DJ Lad qui vient d’Afrique du Sud, Ekiti Sound du Nigéria et Muthoni Drummer Queen du Kenya. Il y a aussi un groupe marocain qui s’appelle Al-Qasar.
 


 

Et en groupes de Rennes?

Il y a Praa qui est une chanteuse qui joue avec trois autres musiciens, Initials Bouvier Bernois, un groupe avec un côté un peu jazzy et rock avec du saxophone. On a aussi RexRegis qui est l’ancien chanteur des Wankin’Noodles, un groupe rennais qui a bien marché à une époque et Atoem, un duo qui fait de la musique électronique un peu techno.
 


 

En électronique il y a notamment Dombrance qui va faire son grand retour.

Oui, Dombrance va proposer un nouveau projet basé sur des morceaux qu’il a créé sur des hommes politiques. Il prépare un visuel scénique qui va être assez marrant, à mon avis ça va être très réussi. Je connais déjà 5-6 titres et je pense que les gens vont en découvrir beaucoup d’autres.
 


 

Y a-t-il un groupe que tu regrettes de ne pas avoir programmé cette année ?

Il y a un groupe que j’aurais bien voulu programmer mais ils ont joué aux Inrocks Festival la semaine dernière, il s’appelle Fontaines DC. C’est un groupe irlandais. Du coup, je les ai fait venir dans le club à l’Ubu il y a une quinzaine de jours et c’est vraiment un super bon groupe de punk/funk. Je fais des concerts à l’année donc ce n’est pas très grave en soi, si je ne peux pas programmer un groupe aux Trans, je le place à l’Ubu, c’est bien aussi.
 


 

Un souvenir marquant en 40 ans d’activité?

Oh my god. Je me rappelle de The Prodigy. C’était il y a un peu plus de 20 ans donc il n’y avait ni ordi ni téléphone portable. On n’avait pas vraiment d’infos avec la prod artistique et technique, on ne savait pas du tout ce dont ils avaient besoin. L’agent anglais n’existait plus à partir du moment où il avait fait le deal financier. On a essayé de les joindre, je pense qu’à ce moment-là ils étaient en Norvège ou en Suède. On a appris qu’il fallait qu’on loue un avion privé parce que la veille du concert des Trans, ils jouaient en Écosse. On a loué un avion privé, ce n’est pas si cher que ça. Je ne me souviens plus du tarif exact mais c’est possible quoi. Par contre il leur fallait des éclairages, ça s’appelait des flower strobes et ça ne se trouvait pas en France. Donc on les a loués en Angleterre et heureusement on a réussi à les acheminer jusqu’à Glasgow pour les mettre dans l’avion. Quand ils sont arrivés, ils étaient 4, se sont excusés pour les soucis de communication et nous ont dit qu’ils allaient faire un concert énorme.

J’ai une phrase pour définir ce concert : « Je n’ai pas vu le MC5 en 68 à Ann Arbor mais j’ai vu The Prodigy aux Trans Musicales ». Il y avait une énergie qui était absolument extraordinaire. La vache.

 

Cette édition est dédiée à Rachid Taha qui nous a quitté récemment.

C’est un ami, il a joué plusieurs fois aux Trans. Rachid Taha était un personnage, il aimait faire la fête. Je l’aimais beaucoup. C’était une très jolie personne qui ne mâchait pas ses mots.


 

La playlist de nos 20 coups de coeur programmés aux Trans ici

La playlist officielle des Trans ici

Toutes les infos et la billetterie du festival ici