Interview

Almeeva sort son nouvel EP “Unset”

Alors qu’il avait scotché les esprits avec Oblite l’année dernière, Almeeva continue sur sa lancée en sortant aujourd’hui son nouvel EP Unset sur InFiné.

Multi-instrumentaliste et vidéaste, Gregory Hoepffner officie également en tant que musicien au sein de diverses formations : Kid North, Radius System ou encore Time To Burn pour ne citer qu’elles.

Avec Unset, Almeeva nous propose un EP aux facettes multiples, se caractérisant en partie par ses sonorités electro-pop mais surtout par les vastes espaces cinématographiques dans lesquels le producteur parisien fait cohabiter des ambiances plus minimalistes, atmosphériques, teintées de nuances deep et plus sombres. Avec ces quatre nouveaux morceaux et une reprise réappropriée de What is Love, Almeeva parvient à nous éblouir de nouveau avec une simplicité et une efficacité redoutables.

Entre préparation des concerts à venir et sortie imminente de l’EP, on a rencontré Almeeva pour en savoir davantage sur son univers.

 

Blank Title : Tu es multi-instrumentaliste, quel est ton parcours musical?

Gregory Hoepffner : Mon premier instrument est la batterie, c’est d’ailleurs le seul pour lequel j’ai eu une formation musicale. Pour le reste des instruments j’ai appris en autodidacte. Je joue aussi de la guitare, de la basse et des claviers. Je peux faire à peu près tout avec ces trois-là.

 

Tu es musicien dans différents projets, Almeeva c’est un projet solo qui te permet de faire la musique que tu veux?

Tous les projets où je participe correspondent à des envies. Almeeva c’est juste une de ces autres envies. Je veux éviter d’avoir des projets-valise avec 10 milliards de styles qui partent dans tous les sens.

Il y a forcément des envies plus profondes et radicales avec Almeeva et j’en profite mais il n’est pas en opposition avec le reste de mes projets.

 

Tu as sorti un EP l’année dernière, un autre cette année, tu préfères les formats courts ou tu penses à un album?

Je n’ai pas de préférence. J’écris juste des tonnes de morceaux tout le temps et après c’est mon label InFiné qui réfléchit à un plan de développement sur le long terme. Ils font ça très bien et je leur fait confiance à 100%. Ils sont très contents et préfèrent sortir des EP’s pour l’instant.

Mais a priori la prochaine étape c’est bien l’album! Il faut juste que ce soit le bon moment, ça va l’être.

 

Tu as un petit faible pour les reprises?

J’adore en faire. Je ne voulais pas sortir What is Love à la base. J’en avais enregistré une autre de la même époque, Missing de Everything But The Girl que j’adore et qui représente à fond ce que je veux faire avec Almeeva. Mais en comparant les deux avec InFiné, on s’est dits que la reprise marrante d’Haddaway était 100 fois plus efficace et elle procure vachement plus de plaisir.

 

Comment décides-tu qu’un morceau restera instrumental ou qu’il sera chanté?

C’est vraiment du feeling. Il y a des morceaux où j’avais mis des voix au début, au final je les ai supprimées et inversement sur d’autres morceaux. Comme je compose et produis vachement j’ai pas mal de morceaux qui ne sont pas forcément aboutis. Je n’ai pas une vision de disque. Je les réécoute de temps en temps et je me dis qu’une voix ou un autre arrangement pourrait marcher, c’est une affaire de ressenti.

 

Quelles sont tes références en matière de musique électronique?

Il y a des artistes qui m’ont fait découvrir la musique électronique mais qui n’ont pas de rapport avec ce que je peux produire pour Almeeva à l’heure actuelle. J’essaie toujours de me comparer à certains groupes parce qu’il le faut. Ça aide pour donner une idée de ce que je fais mais ce ne sont pas des influences à proprement parler, ce sont plutôt des hashtags. Je me suis ouvert à la musique électronique avec des mecs comme Clark ou Nathan Fake que j’aime toujours énormément.

Avec quel matériel travailles-tu?

Je n’ai quasiment que des machines. J’ai mon ordi bien évidemment pour remplacer les tables de mixage des studios d’antan.

J’ai 3 synthés dont le Pro-One de Sequential Circuits qui est mon synthé préféré. De visu il fait vieux synthé un peu pourri en plastoc mais en vrai il est sur-puissant.

Je m’en sers pour à peu près tout ce que je fais en permanence. J’ai aussi plein de pédales d’effets que je passe dedans, guitare et basse.

 

Avec quoi joues-tu en concert?

J’ai mon ordi et mes instruments : synthé, guitare et batterie électronique. J’ai remplacé les synthés virtuels par un petit module physique. J’essaie de jouer de moins en moins avec l’ordi mais ça a ce côté pratique de gain de place qui me permet d’aller jouer partout en prenant le train.

 

Tu es vidéaste, tu rajoutes de la vidéo dans tes concerts?

Quand je fais des premières parties c’est un peu compliqué techniquement. Je l’ai fait pendant pas mal de temps. J’avais des potes qui faisaient du VJing en live. Ils créaient des vidéos et les jouaient en rythme pendant que je jouais mes morceaux. Tout le monde croyait qu’ils jouaient de la musique avec moi mais ils s’occupaient juste des vidéos. J’ai repris l’idée en le faisant moi-même mais c’est galère à faire. Je le fais si c’est vraiment une salle de fou.

 

Quelles sont les personnes avec qui tu aimerais travailler ou que tu aimerais remixer?

Il y en a plein! Je démarche très souvent les gens avec qui j’aimerais travailler mais ça ne marche pas toujours. Ça a commencé à marcher, j’ai réussi à faire des remixes pour des gens que j’adore mais pour l’instant aucun n’est sorti. J’en ai quelques uns en stock que je pense sortir tout seul. J’en ai fait un pour HEALTH, un groupe américain bien vénère qui maintenant sont plutôt pop et synthés. Leur dernier album est vraiment mortel.

J’aimerais beaucoup collaborer avec des chanteuses aussi. Comme je chante, je peux faire différentes voix de mec que j’aime bien mais je ne peux pas faire une voix de femme et ça me manque. Il y a une chanteuse que j’adore qui est suédoise, elle s’appelle Loreen et elle a gagné l’Eurovision il y a cinq ans. L’Eurovision peut toujours faire un peu rire mais sa chanson était hyper cool et je la suis depuis ce moment. Sa carrière est super. Pareil, j’ai fait un remix pour elle mais c’était un peu trop chelou pour son manager, peut-être que je le ressortirai plus tard.

En France, il y a une chanteuse qui s’appelle Claude Violante qui fait de la pop/R’n’B. Je la connais un peu, c’est une amie plus ou moins proche. Je la tanne depuis des années, peut-être qu’un jour ça marchera!

Quels sont tes projets pour le reste de l’année?

Je vais faire deux dates à Paris, le 21 avril à La Marbrerie et le 28 au Pop-Up du Label. Le 29 je joue à Berlin dans un chouette festival. En mai je fais les Nuits Sonores à Lyon pour les 10 ans de InFiné, je suis très content. Et en juin je joue au Point Éphémère avec l’Age d’Or pour la release party de leur nouvel EP. Ils m’ont invité, c’est cool! Tout est en train de se caler!

 

Quel est ton instrument favori?

Oh la vache, c’est trop dur de choisir! En plus, dans tous mes projets, je joue un instrument différent. Je dirais quand même la batterie.

Ce n’est peut-être pas mon favori parce que c’est hyper galère à tellement de niveaux mais c’est celui où je suis le meilleur.

 

Qu’est-ce que t’inspire des groupes comme Zombie Zombie ou Soulwax qui jouent avec plusieurs batteries?

J’adore et j’adorerais pouvoir faire ça. J’espère. Je n’ai pas encore eu de groupes avec plusieurs batteries. Soulwax ils ont carrément trois batteries sur leur dernier album! Ils sont tarés. Leur dernier album est mortel.

 

Qu’est ce que tu écoutes en ce moment?

Claude Violante à fond, j’adore son nouvel EP Road Race. Le dernier EP de Blonde Redhead est juste magnifique. J’ai découvert un groupe mortel qui s’appelle The Golden Filter, je crois qu’ils sont anglais, c’est une nana et un mec. C’est un peu dans ce que j’aimerais faire avec ce côté très hypnotique, hyper minimaliste, genre musique de danse mais classe. J’ai découvert très tardivement The Black Madonna que j’adore aussi, qui fait de la disco 2017.

 

Unset est disponible dès aujourd’hui sur InFiné. Almeeva sera en concert le 21 avril à la Marbrerie (event et des places à gagner ici) et le 28 au Pop-Up du Label pour la Release Party (event) d’Unset.

Suivez A L M E E V A :
Facebook
SoundCloud

Temps de lecture: 6 minutes