InterviewNews

Et You Man pour tous : nouveau single en écoute

Photo : Julien Babigeon

Un premier album titanesque sur le label lillois Alpage, quelques festivals et plusieurs remixes plus tard, les You Man sont de retour avec un nouveau morceau, « Everybody », en featuring avec leur compagnon de route Jerge.

 

Si Calais occupe ces temps-ci tristement l’actualité, c’est également la ville d’origine du duo composé par Stéphane Huleux et Giacomo Di Falco. Une histoire d’amitié qui dure entre ces deux depuis un peu plus de 20 ans, de la fondation de leur premier groupe en 1996 à la création de You Man en 2013. Leur son est forgé par des années d’expérimentation de différents styles, les deux ados qu’ils étaient privilégiant l’essence rock de leurs compositions alors qu’ils passaient déjà la plupart de leurs week-ends enfermés au Planet Cir-cus, un club de techno et house minimale. Enrichis par des répètes-réflexions à propos de la musique mais aussi autour de la philosophie et des nouvelles technologies, c’est sur cette base que les premiers sons de You Man voient le jour, enjolivés par une envie de s’affranchir des styles et des cases en proposant pourtant une musique électronique aux réminiscences exquises des années 90. Une patte que l’on peut aisément reconnaître parmi d’autres, que ce soit sur leur premier album Spectrum Of Love (prenez-vous une claque sur les morceaux « Breathin’ » et « There is a land ») ou les nombreux remixes sortis jusqu’à présent (Rocky, French 79, Cerrone…).

La preuve encore avec ce nouveau single qui sort aujourd’hui, « Everybody » où le duo s’offre des élans dance. Nous les avions croisés en juin dernier au détour du festival Solidays pour leur poser quelques questions. Puisqu’il n’est jamais trop tard et que l’occasion se présente, l’interview se lit juste ci-dessous.
 

Le Bombardier : L’amour est un thème récurent sur votre album qui s’appelle d’ailleurs Spectrum Of Love.

Tepat Huleux : On s’appelle You Man pour faire un clin d’oeil à notre côté humaniste. C’est la base de tout.

Giac : Et surtout la base de ce qu’on est.
 

En plus de votre travail en studio, vous remixez beaucoup. La culture des remixes vous tient particulièrement à coeur?

Tepat : Il y a des remixes qui peuvent révéler les morceaux comme d’autres peuvent les cacher. C’est un exercice intéressant en tant qu’artiste et musicien parce qu’on s’approprie une partie du morceau de quelqu’un d’autre pour en faire autre chose. On s’amuse bien à le faire.

Giac : Cette année, on a fait des remixes pour Cerrone et French 79. C’est plutôt un jeu. Lorsqu’on fait des remixes, très souvent on ne prend que la voix et on construit tout un morceau autour. C’est aussi un prétexte pour faire quelque chose de nouveau en fonction de ce qui nous inspire, que ce soit une voix ou une mélodie.

 

Vous arrivez à composer lorsque vous êtes en tournée ou vous faites des sessions d’enregistrement à part?

Giac : On est très mobiles et on peut composer un peu partout : dans le train, dans un avion… On n’a pas forcément besoin d’un studio pour bosser même si c’est bien de s’y retrouver à un moment donné pour checker les questions de son et la réalisation.

Tepat : On s’est même rendus compte que le meilleur endroit pour composer c’était dans le train parce qu’il s’y passe toujours quelque chose avec le décor qui défile. C’est émulsifiant. Ça se dit?

Photo : Laëtitia Taschatt

Giac : Ouais, on va dire ça. « Émulsifiant », c’est plutôt avec du savon… Du coup on est très propres.

 

Qu’est-ce que vous écoutez en ce moment?

Giac : J’ai beaucoup écouté le dernier album de Tales Of Us qui est sorti sur Deutsche Grammophon, avec une ambiance de fou très mentale.

Tepat : Pas mal de mixtapes, des mixtapes de Solomun, de Joachim Pastor, N’to.

Giac : Club Bizarre aussi. J’écoute pas mal de classique aussi, De Bussy et toute cette période du 19ème que je trouve très poétique et romantique. Ça m’inspire des mélodies et je pense que ça ressort à un moment ou à un autre dans ce que l’on fait.

Un mélange de De Bussy et de The Chemical Brothers, c’est cool.

 

Un instrument favori?

Giac : Moi j’aime bien la basse.

Tepat : Ah c’est marrant je pensais que tu aurais dit le hang drum.

Giac : C’est vrai que c’est beau aussi le hang drum. Ouais, dis la basse et moi je dis le hang drum.

Tepat : On l’utilise dans le remix de Cerrone.
 

Le futur, toujours sur Alpage?

Giac : Et bien non. Alpage c’était une époque vraiment géniale. Il y a d’autres très belles époques à venir.
 

 « Everybody » feat. Jerge est désormais disponible via Circa’99.

 

You Man en concert :
10/02/18 : Magazine Club – Lille
24/03/18 : CCGP – Calais

 

Suivez You Man :
Facebook
Site officiel