Dans ton label #9 : Howlin' Banana Records
Dans ton label

Dans ton label #9 : Howlin’ Banana Records

À côté de majors qui occupent une large partie du terrain, les labels indépendants se démènent pour faire vivre des projets à taille humaine, bien souvent à contre-sens de tout objectif commercial et lucratif. À la tête de ces projets, on retrouve des guerriers multi-fonctions aux méthodes et profils divers et variés. Aujourd’hui, on part à la rencontre de Tom Picton, le fondateur d’Howlin’ Banana Records qui depuis bientôt dix ans défend une certaine idée du rock à guitares avec la ferme intention de mettre en avant des groupes “Made In France” : Volage, Double Date With Death, TH Da Freak, Pop Crimes, Cathedrale, Carambolage ou encore ANNA, ils sont nombreux à faire partie de la famille de la banane hurlante.
 

Pouvez-vous vous présenter ?

Alors pour faire bref, le label existe depuis 2011, et sa spécialité, c’est la sortie sur divers formats (vinyle, K7, CD, etc.) de disques de groupes français “à guitares”. Ça va du garage au post-punk en passant par l’indie pop, le psyché, la pop lofi, l’indie-rock ou le shoegaze, toujours avec un souci de découverte et de mise en avant de groupes peu exposés. Je gère ça tout seul essentiellement, bien que j’ai pas mal de partenaires et des copains qui m’aident à faire fonctionner la machine.
 

Pourquoi et comment avoir choisi ce nom de label ?

C’est inspiré d’un label allemand qui faisait partie de mes influences à l’époque, Screaming Apple !
 

Que défendez-vous sur votre label ?

La découverte essentiellement, je signe des groupes très tôt et j’essaie de les aider à aller aussi loin que possible. Et puis le “made in france”, on a une scène géniale en ce moment et depuis quelques années déjà, c’est cool de pouvoir participer un peu à mon échelle à son développement et son exposition. Sinon artistiquement je fonctionne au coup de cœur donc la ligne directrice évolue pas mal avec le temps.
 

Quels morceaux résument au mieux la politique de votre label ? (trois au choix)

Je dirais “Hanging On The Telephone” des Nerves, ce groupe m’a beaucoup influencé sur le label et résume assez bien ce que j’aime dans la “pop à guitares”, ça a pas mal orienté la ligne du label. Dans une même veine je compléterais bien avec “All Kindsa Girls” des Real Kids, et pour finir “Not Enuff” de Volage pour citer un groupe du label, un des tout premiers “tube” qu’on ai sorti !
 


 

Votre plus gros succès jusqu’ici ?

Ça doit être Kaviar Special ou Th Da Freak je pense, bien que si on parle strictement de chiffres de ventes je crois que le best-seller c’est le premier album de Gloria !
 

Quelle est votre journée type ?

Alors en ce moment c’est forcément un peu particulier, je bosse une paire d’heures sur le label chaque jour, et une paire pour mon boulot en gros, donc c’est assez léger. En temps normal c’est beaucoup plus chargé évidemment, vu que j’ai toujours géré le label sur mon temps libre, donc je bosse beaucoup sur le label le matin, le soir, et un peu le weekend.
 

Indépendant, underground, DIY : même bateau ou pas ? Ça veut encore dire quelque chose pour vous ?

L’indépendance, c’est un concept franchement flou depuis toujours, parce que ça regroupe des réalités vraiment très différentes. En tout cas pour Howlin’ Banana c’est une évidence, vu qu’on est complètement libres dans la gestion du label et la DA. L’underground et le DIY sont des concepts qui me parlent forcément déjà plus. La plupart des groupes font tout eux-même pour l’enregistrement, parfois aussi pour la pochette, voire les clips, donc forcément le DIY est un concept bien ancré chez nous, qui fait partie de l’ADN du label. C’est une démarche que je soutiens à 100%, parce que ça donne des disques vraiment personnels, à l’identité très marquée. Et l’underground c’est un peu notre terrain de jeu, l’objectif c’est justement d’arriver à en sortir et toucher un peu le “grand-public”, qui passe malheureusement souvent à côté de toutes les perles qu’on a en France.
 

Comment signer sur votre label ? Vous acceptez les pots-de-vin ?

Haha carrément, envoyez les pots de vin les copains ! Mais bon plus sérieusement ça n’aidera pas pour se faire signer, je fonctionne vraiment au coup de cœur et 90% du temps c’est moi qui contacte les groupes directement plutôt que l’inverse.
 

Le futur de la musique, c’est quoi, quand et où ?

Très franchement je ne sais pas trop, je suis assez loin de toutes les considérations et problématiques qui préoccupent l’industrie, mon futur il est dans les petits clubs, les salles de répets et les démos enregistrées à la maison, et de ce côté je n’ai pas à m’en faire, on a une scène super dynamique en France qui regorge de groupes cools à signer, j’espère que ça continuera comme ça.
 

Un artiste (vivant ou non) ou un album que vous auriez aimé sortir ?

J’aime beaucoup les Bryan’s Magic Tears et En Attendant Ana par exemple, j’aurais bien aimé bosser avec ces groupes, mais globalement pas trop de regrets en fait, je suis bien content des groupes avec qui je bosse.
 

Votre dernière/prochaine sortie ?

Alors la dernière c’est le nouvel album de Cathedrale, la prochaine, et c’est une première je crois, je ne l’ai pas encore annoncée ! J’ai du reporter pas mal de sorties avec le confinement, donc on annoncera tout ça quand on y verra plus clair.
 


 

Houses Are Built The Same de Cathedrale est disponible ici.

Retrouvez tout l’univers d’Howlin’ Banana ici.