Dans le radar #59 : Fontanarosa
Dans le radar

Dans le radar #59 : Fontanarosa

Notre boîte mail est pleine à craquer de projets qui ne demandent qu’à être découverts. Voici “Dans le radar”, la rubrique où l’on demande aux musiciens de se présenter à partir de questions simples. Aujourd’hui, c’est au tour de Fontanarosa de répondre au questionnaire du Bombardier.
 

Je m’appelle Fontanarosa parce que…

C’est un nom que j’ai pris après être allé rendre visite à ma grand-mère. On était en train de déjeuner ensemble et elle me racontait une anecdote avec un peintre italien des années 50. Le peintre s’appelait Fontanarosa, et quand elle l’a prononcé j’ai tout de suite accroché à l’atmosphère qui se dégageait de ce nom.
 

Mon premier EP est…

Une K7 de 6 titres où je parle de ce que j’ai vécu. Je me pose beaucoup de questions (et je me plains tout le temps), mes textes parlent principalement de ça. Après du point de vue son j’avais surtout envie d’explorer mon propre champ, j’en ai eu un peu marre de jouer le jeu des comparaisons avec les “groupes que j’aime”, ça m’a épuisé. Là j’apprend tous les jours comment mettre en forme des morceaux, définir une couleur et une atmosphère de la façon la plus brute.
 

Si je devais choisir qu’un morceau pour en parler, ce serait…

“Lights Off”. Un morceau que j’ai écrit d’une traite et qui ne s’arrête pas. Je verrais bien quelqu’un jouer du shaker tout le long du morceau en live en mode mascotte de groupe.
 

A mon prochain concert il faut s’attendre à…

Me voir jouer tout seul avec ma guitare folk sur Youtube (vendredi 6 juin sur la chaîne YouTube d’Howlin Banana) et pas trop m’entendre parler entre les morceaux, à part des “voili, voilou, ça va ?”. Des bonnes phrases de mec stressé par le live.
 

Mon souvenir le plus marquant en tant que musicien…

Springsteen au Stade de France quand j’avais 15 ans. Mon père est ultra fan et il nous avait invité avec toute la famille. Quand le concert à commencé c’était une détonation, et une forte émotion de voir tout ce monde ensemble.
 

Si je n’étais pas musicien, je serais…

Quelqu’un d’autre ? Mais alors j’en sais rien du tout. Petit je voulais être cuisinier. Aujourd’hui j’adore cuisinier mais en faire mon boulot avec l’état d’esprit des cuisines je crois que ça me brancherait pas trop.
 

Mon disque de chevet, c’est…

Kid A. Le disque de solitude ultime qui m’a beaucoup accompagné au lycée. Chaque fois que je le réécoute il me fait toujours le même effet réconfortant.
 

En ce moment j’écoute en boucle…

Le dernier Blake Mills que je trouve ultra fin d’esprit.
 

Mon rêve ultime, c’est…

Être le premier homme à faire un burn en trottinette lime sur la Lune ? Non en vrai je n’en sais rien. Le monde ressemble à un épisode de South Park, alors pourquoi pas ?
 

Son premier EP est disponible ici via S.K. Records et Howlin Banana Records.